HAUT

Les nouveaux rythmes éducatifs à Bois-Colombes

En Septembre prochain, les écoliers de notre ville bénéficieront de la réforme sur les rythmes éducatifs. Changeons d’èRe s’en félicite, mais la méthode et certaines mauvaises décisions nous interpellent.

Depuis maintenant plus d’une dizaine d’années, tous les spécialistes s’accordent sur la nécessité d’alléger le temps scolaire quotidien de l’enfant et de privilégier les matinées pour l’apprentissage. C’est la raison pour laquelle la réforme a imposé 5 matinées d’école (au lieu de 4) et un temps scolaire journalier maximum de 5H30 (au lieu de 6H actuellement).

Mais cette réforme a également pour objet de développer les temps d’accueil périscolaire en incitant les municipalités (qui gèrent ce temps) à y proposer des activités variées afin que chaque enfant puisse découvrir des sports, des loisirs, des activités culturelles auxquels il n’aurait pas accès autrement.

A Bois-Colombes, la municipalité a décidé de mettre en place un Comité de pilotage réunissant le Maire, plusieurs de ses adjoints, des responsables municipaux, les représentants des associations de parents d’élèves et les directeurs d’école. Cela a permis, au début du moins (c’est-à-dire jusqu’aux élections municipales), une vraie concertation ayant pour but l’intérêt de nos enfants.

Malheureusement, après les élections, le comité de pilotage n’était plus un organe de réflexion mais le lieu d’information des décisions prises par la Mairie.

Si cette concertation s’était poursuivie, le résultat ne serait pas aussi décevant.

  1. Tout d’abord, le Maire a décidé, de façon unilatérale et alors que les parents avaient plébiscité des matinées de 3H30 (8H30 à 12 H), de réduire les matinées à 3H (de 8H30 à 11H30). Le pic d’attention des enfants étant aux alentours de 11 H (rapport INSERM 2001), cette demi-heure du matin pouvait avoir son importance. Ce n’est pas pour rien que la réforme autorisait des matinées de 3H30…
  2. La Mairie a également décidé le maintien des études deux jours par semaine pour l’exécution des devoirs (les instituteurs s’engageant à ne donner de devoirs que les jours d’études). Or, d’une part, cela est totalement contraire à l’esprit de la réforme qui a pour but de réduire le temps scolaire de l’enfant dans la journée et d’autre part, les devoirs à la maison et toute forme de travail écrit sont strictement interdits (interdiction rappelée par de nombreuses circulaires depuis 1956…).
  3. La ville ne prévoit aucune activité spécifique pendant les nouveaux temps périscolaires des maternelles… Le second objectif de la réforme (la découverte d’activités sportives, culturelles et de loisirs) est donc totalement oublié pour les plus petits et donc les plus fragiles…
  4. Les élémentaires auront quant à eux la possibilité de choisir deux « modules » de temps périscolaire pour les jours où ils n’auront pas étude. Ce n’est que 15 jours avant la sortie des classes que les parents ont enfin eu connaissance des modules proposés dans l’école de leurs enfants. Outre le peu de variété entre les modules proposés, on ne peut que déplorer qu’il n’y ait que 2 lignes de description du contenu pour aider les enfants à choisir une activité qu’ils n’auront pas la possibilité de changer en cours d’année.
  5. L’Ecole Municipale des Sports (EMS) disparaît. Pourtant, l’EMS, qui permettait à de nombreux enfants de découvrir différents sports, se déroulait le mercredi après-midi. Et, le mercredi après-midi n’est absolument pas impacté par la réforme. Il est donc difficile de comprendre cette suppression qui permettait à des enfants, dont les parents n’avaient pas la possibilité de les inscrire dans un club de sport extérieur, de pratiquer des activités sportives toutes les semaines.
  6. Les Associations de la Ville ont été totalement négligées voire ignorées par la municipalité. En effet, en fin d’année 2013 (ce qui était déjà très tardif), la Ville a annoncé qu’elle leur enverrait, vers la fin du mois de Mars 2014, un « appel à projet » afin d’étudier la possibilité de les intégrer dans les nouveaux temps périscolaires. Or, cet appel à projet n’est jamais arrivé… Et pour cause puisque seuls les animateurs ainsi que les éducateurs sportifs de la ville et de BCS interviendront sur le temps périscolaire. Mais cela n’est pas sans conséquence : les associations intervenant actuellement dans les écoles ne savaient toujours pas, au 10 juin, si elles pourraient continuer leurs cours au sein des écoles et sous quelles conditions. Au sein de ces associations, il y a des bénévoles mais également des professeurs… qui comptent sur ces cours pour gagner leur vie, ce que la municipalité n’a malheureusement pas compris.

A cela s’ajoutent : une absence totale de communication de la Ville auprès des parents avant la mi-juin, la suppression des 15 mn d’accueil supplémentaire du soir pour les maternelles (l’heure de fin étant ramenée de 18H45 à 18H30), l’absence de cantine le mercredi midi pour les enfants ne restant pas au centre de loisirs, etc.

Une véritable concertation, incluant les animateurs et les associations de la ville, aurait à coup sûr permis de faire mieux. Il en va tout de même de l’épanouissement de nos enfants !

Changeons d’èRe surveillera donc de très près ces nouveaux rythmes scolaires et continuera à être force de propositions pour que, toujours, l’intérêt de nos enfants guide chaque décision municipale.

Lire la suite
HAUT

Bois-Colombes et la réforme du rythme scolaire en 2013

La réforme des rythmes scolaires entraînera un raccourcissement de la journée de classe évalué à trois heures par semaine et aura pour conséquence directe une prise en charge financière par les communes qui proposeront des activités périscolaires pendant ce nouveau temps libre. Afin d’en alléger la charge financière et pour inciter les communes à mettre en place la réforme dès la rentrée 2013-2014 un fonds spécifique d’aide à été créé et versera une aide forfaitaire de 50 € par élève. En outre, une majoration de 40 €, sera réservée aux bénéficiaires de la dotation de solidarité urbaine (DSU) « cible » ou de la dotation de solidarité rurale (DSR) « cible ». Les communes qui choisiront de n’appliquer la réforme qu’à la rentrée 2014 devront demander une dérogation et ne recevront pas d’aide forfaitaire. En revanche, celles relevant de la DSU et de la DSR « cibles » percevront 45 € par élève, même si elles ont déjà bénéficié de l’aide l’année précédente.

Cette volonté de considération de l’intérêt de l’enfant ne se limite bien sûr pas qu’aux rythmes scolaires mais s’inscrit dans une démarche de refondation de l’école.

Et d’après vous à quelle rentrée, la réforme sera mise en oeuvre à Bois-Colombes ?

 

Lire la suite
HAUT

À qui la faute ?

   Les professeurs crient et c’est tout le système qui tremble. Comment peut-on faire demeurer une maison de pierre debout sur de la terre glaise ? La suppression de près de onze mille postes d’enseignants, cette rentrée, n’est pas la fin du problème ; mais c’est par elle que la fin s’avance. Les éternels hussards brossent un tableau peu rassurant : les suppressions de postes sont, selon le ministre, compensées par des heures supplémentaires, mal payées, dont les professeurs ne veulent pas ; ensuite, vont se multiplier les remplacements effectués par des vacataires, des contractuels ou des assistants d’éducation ; le recrutement de gré à gré va se normaliser, créant des contrats à durée déterminée, pour des personnes n’ayant pas, ainsi, le statut de fonctionnaire et n’étant pas enseignant ; enfin, d’ici quatre ans, ce seront quatre-vingt mille postes qui auront été supprimés.

(suite…)

Lire la suite
HAUT

Les événements réinventés ?

Ils sont, depuis quelques semaines, plusieurs dizai-nes de milliers à avoir défilé et à défiler encore dans les rues de Paris et en province contre la diminution des moyens et la suppression des postes d’enseignants engagée par le ministre de l’Éducation Nationale Xavier Darcos. La majorité des manifestants n’a pas encore sa carte d’électeur mais certains sont déjà très mobilisés. Quand revient le printemps refleurissent les manifestations. Et ils en sont les acteurs.
(suite…)

Lire la suite