HAUT

La Philotechnique est morte, Yves Révillon l’enterre !

La PHILOTECHNIQUE était une Association reconnue d’utilité publique dispensant des formations -professionnelles ou non – présente sur le territoire de notre ville depuis avant même la création de Bois-Colombes. De nombreux bois-colombiens et alto-séquanais ont bénéficié de ces formations dont la qualité était reconnue de tous.

L’année dernière, l’intervention de nos conseillers municipaux (qui avaient réussi à mobiliser un sénateur, un député et des conseillers régionaux) avait permis de mettre fin au litige opposant depuis de nombreuses années l’ancien Président de la PHILO (soutenu par le Maire qui était présent aux Conseils d’Administration et qui n’entendait surtout pas intervenir pour trouver une solution permettant la survie de l’association) et deux salariés ayant obtenu plusieurs décisions en leur faveur, de débloquer la subvention de la Région et, par conséquent, de permettre la poursuite de l’activité de l’Association dans le cadre d’une procédure de redressement judiciaire initiée par l’ancien Président.

Depuis lors, malheureusement, le CNAM a dénoncé la convention qui permettait à la PHILO de dispenser les formations agréées CNAM. Et le Tribunal en a déduit que le redressement n’était plus possible et qu’il fallait donc prononcer la liquidation judiciaire de l’Association, à effet du 10 Juillet.

Cependant, depuis le début de l’année, des salariés et des auditeurs de la PHILO avaient commencé à monter un projet associatif alternatif destiné à maintenir une offre importante de formation à Bois-Colombes tout en diversifiant l’activité pour assurer la pérennité de cette nouvelle association. Ce projet impliquait la mise à disposition par la Commune d’un étage du bâtiment qui lui appartient et qui hébergeait la PHILO.

Lors d’une réunion de mars 2015, la Mairie s’est engagée à mettre à disposition cet étage du bâtiment à la nouvelle association qui devait se créer. Ses membres se sont donc démenés, multipliant les contacts avec les organismes susceptibles de leur envoyer des personnes à former, prenant de nouvelles adhésions, etc.

Mais brutalement, à la mi-juin, Yves REVILLON a informé les membres du bureau de la nouvelle Association (qui venaient se présenter à lui) qu’il avait changé d’avis et décidé de reprendre les locaux pour y installer des services municipaux.

Le projet est donc tombé totalement à l’eau puisque, sans un minimum de salles, pas d’offre de formation digne de ce nom.

Alertés, nous avons donc organisé un rassemblement dans le hall de la Mairie juste avant le Conseil Municipal. Le conseiller régional présent, Roberto ROMERO, a manifesté son incompréhension face à la décision du Maire, d’autant que la Région est en mesure de verser des subventions significatives à une Association dispensant de la formation professionnelle. De même, le sénateur déjà intervenu l’année dernière, Philippe KALTENBACH, a écrit au Maire pour déplorer sa décision.

En Conseil Municipal, nous avons interrogé le Maire sur les raisons de ce revirement. Trois arguments ont été avancés :

–          Une commission de sécurité de novembre 2013 aurait préconisé la fermeture du bâtiment et la réalisation d’importants travaux : outre le fait que c’est la première fois que l’argument est avancé (alors que la PHILO occupe nos conseils municipaux depuis janvier 2014…), il est totalement inopérant : la Ville a décidé de maintenir dans les locaux les deux sous-locataires de la PHILO (aux termes de conventions dont les conditions ne nous ont bien évidemment pas été dévoilées) et le Conseil Municipal avait pour objet de nous faire voter le tarif de location des salles de la PHILO maintenant disponibles.

–          La PHILO aurait sous-loué, sans l’autorisation de la Commune et donc de façon illégale, une partie des locaux, bénéficiant ainsi de revenus supérieurs au coût de la location du bâtiment et alors qu’elle percevait une subvention correspondant au montant du loyer : FAUX. La PHILO avait demandé l’autorisation à la Commune en 2010 et Yves REVILLON en personne avait donné son accord tout en demandant l’élaboration d’une convention d’objectifs avec l’Association.

–          Plusieurs services de la Ville ont besoin d’être réunis dans des locaux aux normes alors qu’actuellement ils sont dans des locaux inadaptés et éparpillés : EXTRAORDINAIRE… le bâtiment n’est pas suffisamment aux normes pour y maintenir des cours mais il l’est pour accueillir des services municipaux accueillant du public…

Bref, là encore, par cette décision, Yves REVILLON montre le peu d’importance qu’il accorde au tissu associatif de la ville et donc, au bien-être des habitants. Sans compter l’irrespect total pour les salariés et auditeurs ayant mis des mois à monter un projet extrêmement bien construit et cohérent.

Lire la suite
HAUT

Dernière minute : PHILO : Avec l’aide de Changeons d’èRe, un premier pas vers la sortie de crise

Soutenus sans faille, par les élus Changeons d’èRe, le sénateur Philippe Kaltenbach et les conseillers régionaux du 92, les salariés de la Philo ont vu ce vendredi 27 juin, leurs emplois préservés.

L’accord trouvé entre le nouveau président et les salariés de la Philo était un premier pas vers le la sortie de crise.

Ne manquait plus que l’engagement de la Région de verser les subventions jusqu’alors bloquées en raison de la situation difficile et de la mise en cessation de paiement par le précédent président.

C’est désormais chose faite : le tribunal a validé, le 27 Juin 2014, l’accord conclu entre les salariés et le Président, confirmant ainsi la prolongation de la période d’observation et préservant ainsi, les cours de qualité offerts à la population, mais surtout les 53 emplois.

Les élus Changeons d’èRe ont mis en oeuvre tout ce qui leur était possible, sans recevoir, à aucun moment le soutien du maire, ou des autres élus du conseil municipal.

Nous nous réjouissons donc du sauvetage des 53 emplois et souhaitons que la Philo poursuive sereinement ses activités d’enseignement avec le soutien de tous.

Notre dernier article sur la Philo : Le (toujours) désintérêt de la Mairie pour l’avenir de la Philotechnique

La presse en parle : Voir notre rubrique Revue de Presse

 

 

 

 

Lire la suite
HAUT

Le (toujours) désintérêt de la Mairie pour l’avenir de la Philotechnique

Association plus que centenaire, la Philotechnique est une association incontournable de Bois-Colombes, que la municipalité est en train de laisser mourir.

Cette association offre sur tout le Nord du département, des formations variées ainsi que les formations du CNAM.

Elle emploie actuellement 53 salariés. Deux d’entre eux sont en conflit avec l’association depuis plus de 10 ans pour revendiquer un contrat à durée indéterminée.

Plusieurs décisions de justice (dont un arrêt de la Cour de Cassation) leur ont donné raison, la dernière en date étant un arrêt de la Cour d’Appel de PARIS de mars 2013 donnant droit aux deux salariés à d’importants rappels de salaires (car l’Association ayant toujours refusé d’exécuter les décisions de justice, elle a continué de verser un salaire inférieur à celui fixé par les Tribunaux).

Le Président de l’Association a alors multiplié les recours (il a ainsi introduit un 2ème pourvoi en cassation), conduisant la PHILO à dépenser des sommes extrêmement importantes en frais d’avocats. Plusieurs administrateurs, en désaccord avec l’acharnement procédural du Président, ont alors démissionné.

Arguant de cette importante dette de la PHILO et bien que les deux salariés aient réitéré à plusieurs reprises leur volonté de négocier afin de ne pas mettre en péril les emplois de l’Association, le Président a déposé une déclaration de cessation des paiements en demandant le redressement judiciaire de l’Association, d’autant que, suite à une saisie effectuée par les salariés entre les mains de la Région, cette dernière a bloqué le versement des subventions.

Lors de la première audience et accueillant favorablement l’argumentation des salariés, le Tribunal, avant toute décision sur un éventuel redressement, a ordonné une enquête. Cette enquête ayant conclu à l’état de cessation des paiements à défaut d’accord transactionnel entre les salariés et l’Association et de versement des subventions, le redressement judiciaire de la PHILO a été ordonné le 11 avril dernier avec une période d’observation de six mois.
Alors qu’il a toujours affirmé se soucier de l’avenir de la PHILO, le Président a, le 7 mai dernier, présenté sa démission, laissant ainsi l’Association sans organe dirigeant, ce qui aurait pu être catastrophique.

Grâce à la mobilisation des salariés et des auditeurs, de nouveaux administrateurs ont été désignés et un nouveau Président nommé.

Ce Président a repris les négociations avec les salariés qui, soucieux de préserver l’avenir de la PHILO et des 53 emplois, ont consenti à d’importantes concessions. Un accord est donc sur le point d’être conclu.

L’avenir de la PHILO reste toutefois suspendu à la décision que prendra le Tribunal le 27 juin quant à la poursuite du redressement judiciaire ou au prononcé de la liquidation judiciaire.

En cautionnant le comportement de l’ancien président depuis le début du litige, en n’émettant pas la moindre critique à l’égard de ses décisions, en refusant la moindre intervention en faveur d’un apaisement du conflit, Monsieur REVILLON portera incontestablement une part de responsabilité, si la Philo est liquidée et que 53 personnes perdent leur emploi.
Pourquoi M. Réveillon n’a pas joué son rôle de premier magistrat de la ville ?

Dès la première audience, nous avons demandé à Monsieur le Maire, de servir de médiateur entre les salariés et le Président. Mais comme à son habitude, Monsieur REVILLON, pourtant proche du Président et assistant aux Conseils d’Administration de l’Association, a estimé qu’il ne devait pas s’immiscer dans une affaire privée et qu’il fallait prononcer le redressement judiciaire.

M. le Maire n’a également eu de cesse de dénoncer le comportement des salariés (qui n’ont fait que faire valoir leurs droits) et de critiquer les décisions de justice, démontrant ainsi son soutien sans faille au Président, son refus de prendre en considération les critiques des administrateurs démissionnaires, ainsi que son mépris pour les juridictions françaises.

Dernière minute : PHILO : Avec l’aide de Changeons d’èRe, un premier pas vers la sortie de crise 

Lire la suite
HAUT

La philo en danger

Le silence assourdissant du Maire face aux difficultés de La Philotechnique risque de contribuer au licenciement de 56 salariés.

Isabelle DAHAN et les élus du groupe d’opposition Changeons d’èRe ont appris avec stupéfaction la décision du Président de l’Association Philotechnique de Bois-Colombes (dont la gestion très contestée a entrainé ces derniers mois la démission de nombreux administrateurs) de déposer une déclaration de cessation de paiements pouvant aboutir à une liquidation judiciaire.

La Philotechnique ou la « Philo » a été fondée en 1878, avant même la création de Bois-Colombes. Elle représente une valeur incontestable pour notre ville et pour ses habitants mais également pour le département et tous les alto-séquanais puisqu’elle dispense de nombreuses formations professionnelles ou de culture générale, dont celles du CNAM1 et elle emploie 56 salariés.

Le Président de l’Association motive sa décision par un litige avec deux salariés à qui il refuse de régler de très importantes sommes dues à la requalification de leur contrat de travail en CDI (environ 500.000€  à eux deux).

Malgré plusieurs décisions de justice donnant systématiquement gain de cause aux salariés, le Président de l’Association persiste à contester le principe de cette créance et a déposé un nouveau pourvoi en cassation (pourvoi qui entraîne évidemment de nouveaux et importants frais d’avocats).

Cette volonté de mettre la Philo en liquidation ne peut être justifiée par le fait que l’association ne disposerait pas des sommes demandées puisque le CNAM1 régional s’est engagé par écrit dès 2006 à régler le montant des condamnations à la place de l’Association au-delà de 165.000 €.IMG_0066

On s’interroge alors… Quelle est la véritable motivation du président de l’association ? Et pourquoi M. Yves REVILLON, parfaitement informé de la situation2, se refuse-t-il à la moindre intervention en faveur de la sauvegarde de cette institution communale et de l’emploi de ses 56 salariés ?

A une époque où la formation, notamment professionnelle, prend  une place de plus en plus  importante tant dans le parcours de vie de chacun, nous devons tout mettre en œuvre pour sauvegarder l’Association Philotechnique.

C’est pourquoi Isabelle Dahan et les élus du Groupe Changeons d’èRe agissent pour la sauvegarde de la Philo et dénoncent le silence assourdissant du Maire de Bois-Colombes face à la situation et demanderont des explications à Monsieur REVILLON.

De plus, l’association Changeons d’èRe lance une pétition que vous pouvez signer en ligne ici.

Télécharger la version papier 

Lire la suite
HAUT

Conseil municipal du 9 juillet 2012 en vidéo

Voici la vidéo du conseil municipal du 09 juillet 2012 de Bois-Colombes.

Dans la première partie, vous y trouverez, les délibérations suivantes :

Petite enfance 

  • Création et mise en place d’une aide pour l’emploi d’un assistant maternel ou parental sous forme d’un prêt remboursable dans intérêt (0’25 »)
  • Adoption du réglement de fonctionnement des établissement et service d’accueil de la petite enfance (6’40 »)
  • Approbation du projet des établissements et service d’accueil de la petite enfance (13’10 »)
  • Approbation d’un avenant à la convention avec les hauts de seine relative à la municipalisation des crèches (18’53 »)
  • Approbation du marché public à conclure avec l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris (20’03 »)

Sport

  • Communication sur le rapport annuel de l’excercice 2011 de la piscine (21’18 »)

Aménagement urbain

  • ZAC Pompidou – Le mignon : Approbation de la charte des objectifs de développement durable (24’21)
  • ZAC Pompidou – Le mignon : Approbation de la conventione entre la ville, l’OPDH92 et Bouygues (29’18 »)
    • => Délibération très intéressante car on voit que la mairie n’hésite pas à mettre à disposition les deniers de la ville pour facilité le dialogue entre l’OPDH92 et Bouygues !!!
  • ZAC Pompidou – Le mignon : Acquisition par la ville des emprises, propriétées de l’OPDH92 – Cession de ces emprises à Bouygues(54’55 »)

Conseil municipal du 9 juillet 2012 – Partie 1/2 par changeons-d-ere

 

Dans la seconde partie de la vidéo : 

Aménagement urbain (suite)

 

  • Loi du 20 mars 2012 relative à la majoration des droits à construire : synthèse des avis public et non institution de la majoration sur Bois-Colombes (0’25 »)
  • Compte rendu des préemptions réalisées ou refusées (4’45 »)

Direction de la construction

  • Aménagement d’une classe dans l’école Gramme (5’15 »)
  • Transformation de la salle informatique de l’école La Cigogne en salle de classe (7’26)

Environnement

  • Approbation de la convention de financement pour la construction de la passerelle piétonne et cyclable au-dessus des voies férées (11’05 »)

Direction des affaires juridiques et de l’achat public

  • Rapport d’activité pour 2011 de la commission consultative des services publics locaux (13’20 »)

Finances

  • Modificatif du budget de la commune pour 2012 (22’55 »)

Développement économique et emploi 

  • Subvention complémentaire pour la Philotechnique pour 2012 (26’15 »)
  • Révision du montant de la place pour le marché de noël 2012 (26’47 »)
  • Actualisation du cahier des charges de rétrocession du local sis 5-7 rue Mertens (31’33 »)
  • Compte rendu des préemptions réalisées ou refusées sur les fonds de commerces les baux commerciaux (32’31)

Ressources humaines

  • Mise en œuvre de l’entretien professionnel (33’00 »)
  • Création et suppression d’emplois communaux (40’25 »)

Notes d’informations

Questions diverses

  • Augmentation des actes de violences et raquettes aux abords du Lycées Alberts Camus (44’00 »)
  • Publication sur le site www.boiscolombesensemble.com d’un article (46’10 »)
    • => depuis le conseil municipal, cet article a été purement et simplement retiré.


Conseil municipal du 09 07 2012 partie 2 sur 2 par changeons-d-ere

Lire la suite
HAUT

Le centre Philotechnique de Bois-Colombes

Une visite de notre association suivi d’ un entretien très intéressant en compagnie de Y. DESPOIS, Directeur de l’Etablissement de Formation de la Philotechnique et du CNAM, 79 rue Charles Duflos à Bois–Colombes.

Nous apprenons que l’existence du centre de la Philotechnique est ancienne : dès 1878 des cours existaient à Bois-Colombes.

Le CNAM de Paris a décentralisé ses premiers cours sur notre ville, dès les années 1950 en créant le centre d’enseignement CNAM de Bois-Colombes.

Vous souhaitez vous réorienter ou progresser dans votre fonction ? Le bilan de compétences, les formations professionnelles ou techniques en cours du jour et du soir– peuvent concerner les salariés comme les demandeurs d’emploi.

De vastes et beaux locaux sont à la disposition des Bois-Colombiens à 500 mètres de la Mairie, 3000 auditeurs selon les filières choisies sur l’ensemble des 3 Centres du 92 Nord comprenant La Défense (Filière Informatique), Clichy sur Seine (filière Technique) et Bois-Colombes (filière RH et Droit) .

Des titres, des cursus courts peuvent être construits et suivis au rythme de chaque auditeur et ceci à un coût réduit grâce aux aides publiques.

Un conseiller Validation des Acquis est disponible pour conseiller les demandes de validation de l’expérience professionnelle. Des cours de Français Langue Etrangère (FLE) sont proposés aux primo-arrivants en cours du jour et du soir.

Des conférences culturelles sont aussi proposées sur des thèmes littéraires et philosophiques tout au long de l’année.

La fusion des activités de 2 structures de la « formation tout au long de la vie » a eu lieu en 2010 et dès Mai 2011 il sera aussi possible de suivre 3 formations en alternance.

Un centre qui a le soutien de la municipalité, du Conseil Général et de la Région Ile de France.

Pour en savoir plus :

www.laphilotechnique.org

email : info@laphilotechnique.org

Tel : 0821230 485

Lire la suite