HAUT

Des charges financières en augmentation constante

En 2015, 2,3 M€ ont été nécessaires pour faire face aux charges financières. Elles se décomposaient en :

– 2.084 K€ d’intérêts payés pour les emprunts ;

– 115 K€ d’intérêts payés pour l’utilisation de la ligne de trésorerie ;

– 45 K€ d’intérêts courus non échus ;

– Et 36 K€ de perte de change liés à l’emprunt en Francs Suisse

 

Le compte fait apparaître une évolution de 34% par rapport aux charges financières payées en 2014 (1,7 M€). Cette augmentation est due à la variation en notre défaveur du change l’EUR/CHF (+444 K€ par rapport à 2014) et aux intérêts des 11,7 M€ d’emprunts nouveaux contractés en 2015.

Lire la suite
HAUT

Envole toi, Envole toi

Non pas l’oiseau mais la dette…

Car pour assurer la réalisation d’un équipement trop couteux pour les moyens financiers de la ville, la majorité municipale a décidé d’augmenter considérablement la dette par habitant.

Ainsi, dans le rapport sur les orientations budgétaires pour l’année 2016, est stipulé

« Au 31 décembre 2015, l’encours de la dette de la commune atteint 42,01 M€ soit 1.424 € par habitant, contre 1.100 € par habitant au 31/12/2014.

En 2015, l’annuité de remboursement de la dette en capital représentait un montant de
2,02 M€. Quant aux intérêts, ils s’établissent à 2,08 M€. L’utilisation de la ligne de trésorerie a générée le paiement de 0,08 M€.

D’ici 2018, la Commune empruntera environ 40 M€ pour financer un programme ambitieux d’investissement de plus de 65 M€ »

Or, si d’ici 2018 la ville prévoit d’emprunter 40 M€, il faut ajouter ceux souscrits en 2016 soit 12 M€. Ainsi nous aurons un endettement en à peine 3 ans de + de 60 M€. En terme de remboursement nous sommes passés de + 1 M€ à environ 2 M€ en 2015 puis à 2,5 M€ à partir de l’année prochaine pour atteindre 5 M€ pendant 12 ans.

Histoire de masquer cette envolée, la majorité municipale a présenté de manière différente les schémas de profil du remboursement de la dette. Ainsi entre celui de  l’année dernière et celui de la dette actualisée l’échelle de l’axe des abscisses n’est pas la même (échelle de temps ramenée sur 2 ans) afin que nous ayons l’impression visuelle que les profils de la dette se ressemble. Cette tromperie est accentuée par le fait que le premier schéma est placé en recto tandis que le second est en verso.

 

In fine qui supportera  ? Tous les bois-colombiens…

Lire la suite
HAUT

Nouvelle condamnation judiciaire dans une affaire d’emprunt toxique contracté par une collectivité

Le 04 juillet dernier, le tribunal de Nanterre a condamné Dexia dans son différend avec la ville d’Angoulême pour « erreur de calcul par rapport au taux effectif global ». En conséquence, pour le tribunal c’est le taux le plus bas possible qui doit s’appliquer dans la nouvelle règle de calcul. Cette « erreur manifeste » dans le calcul des taux d’intérêt permet à la ville d’obtenir le remboursement de 3,4 millions d’euros.

Notre situation financière est sensiblement la même puisque plus de la moitié de la dette est constituée d’emprunts structurés malheureusement la volonté de lutter contre le caractère spéculatif de certains de ces contrats de prêts est toute autre[1].

Dès 2012, la ville d’Angoulême avait assigné Dexia et consigné le paiement des intérêts à la Caisse des dépôts. Notre municipalité a fait l’autruche pendant plusieurs années (Cf. article Bois-Colombes er les prêts toxiques de décembre 2011). En effet, il a fallu attendre que le taux de notre emprunt le plus risqué passe de 5.5 % à presque 12 % avant que la municipalité ne daigne réagir[2].

 

[1] Au 01/01/2014, nous avons 18 579 698 euros d’emprunts « toxiques » pour un montant d’emprunt total de 30 461 343 euros.

[2] Il s’agit de l’emprunt 318 Tofix Dual EUR/CHF.

Lire la suite