HAUT

Ordinateurs de vote, quand l’élection risque le bug

Dénoncées par un rapport du Sénat, non adaptées aux élections européennes avec de nombreuses listes et une information partielle, les machines à voter sont en perte de vitesse en France. Changeons d’èRe dénonce l’obstination de la municipalité.

Depuis 2007, Bois-Colombes fait partie des seulement 64 villes françaises (dont 11 villes dans le 92) à utiliser des machines à voter. Ce nombre est très faible car, suite aux incidents survenus au cours du premier tour de l’élection présidentielle de 2007 (écarts entre le nombre d’émargements et le nombre de votes du fait de dysfonctionnements dans l’organisation de bureaux de vote), la délivrance des autorisations pour l’utilisation des machines à voter a été bloquée.

Parallèlement, le nombre de communes utilisatrices a baissé (de 83 en 2007 à 64 en 2012).

A Bois-Colombes, lors des élections européennes, l’utilisation des machines à voter s’est révélée totalement inadaptée.

Changeons d’èRe a dénoncé, dès les élections européennes de 2009, la présentation des listes sur 2 pages, l’absence de logo et la seule mention du nom de la liste et de sa tête de liste. Cette année encore, cette présentation se faisait sur 3 pages, il n’y avait ni logo ni mention du nom de la liste.

De nombreux votants ont du sortir de l’isoloir pour retourner voir les bulletins et enregistrer le numéro de la liste qui les intéressait…De plus, comme les bulletins de vote ne sont pas envoyés avec les professions de foi, les listes sont découvertes uniquement le jour du vote alors que de nombreux citoyens préfèrent voter en fonction des personnalités présentes sur les listes. Enfin, contrairement à un vote papier – qui ne permet donc de voter que pour les listes ayant fourni des bulletins de vote – le vote électronique permet de voter pour une liste n’ayant fourni aucun document. Tout cela rompt l’égalité entre les candidats qui est à la base de toute élection.

Mais surtout, l’intervention, non contrôlable par les citoyens, de techniciens dans le cadre de la maintenance et du paramétrage des machines, rend relativement opaque le processus de vote. Contrairement à ce que pense Monsieur REVILLON, ce n’est pas parce qu’une machine à voter n’est pas reliée à Internet qu’il n’est pas possible de la pirater, qui plus est quand le système d’exploitation – Windows XP – n’est même plus assuré par Microsoft. Ainsi, un programmeur informatique pourrait modifier le programme pour que le vote sur la touche 1 amène à finalement voter pour le candidat 2. Cela serait totalement invisible et incontrôlable puisque le total des votes serait identique au nombre de signatures.

Bien qu’il soit incontestable que le vote électronique amène des avantages (économie de papier et proclamation immédiate des résultats), le maintien des machines à vote ajoute cependant une légitime méfiance puisque les électeurs ne peuvent pas comprendre et vérifier tous le processus de comptabilisation des voix. Nous avons donc demandé officiellement à M. REVILLON, lors du Conseil Municipal du 10 juin dernier et comme certaines communes l’ont déjà fait préalablement aux élections européennes, l’arrêt de l’utilisation des machines à voter pour les élections à venir.

Lire la suite
HAUT

Analyse des élections électorales de 2014

Les dernières élections municipales et européennes ont vu respectivement la victoire de Monsieur Révillon et du Front national. Si effectivement on s’arrête au seul résultat ce sont des faits avérés mais qui nécessite une analyse plus approfondie et nuancée.

Les élections municipales

Au lendemain des élections, Monsieur Révillon dans une lettre à l’entête de la Mairie1 et dans le journal municipal d’avril se vante de sa victoire et de son score historique de 68,55% des voix. La victoire est certes réelle, mais avec une abstention de plus de 45% cela ne représente que 6 130 voix sur un total de 17 245 électeurs inscrits soit à peine 35% des inscrits.

Alors pour un maire qui se présente pour un quatrième mandat et qui se targue d’une satisfaction sans équivoque de son action, vous conviendrez que nous sommes loin de l’adhésion.

Autre effet d’annonce, 68,55% des voix soit un score supérieur de 12 points par rapport à 2008. Sauf qu’en 2008 une liste Modem était présente et avait recueilli 14% des voix alors que l’UMP était crédité de 56,17%. En 2014, il convient de souligner l’absence de liste Modem, alors même si toutes les voix du Modem ne sont pas solubles dans les voix de l’UMP, il est indéniable que les voix du Modem sont majoritairement confondues avec celles de l’UMP.

Cette progression de 12 points de Monsieur Révillon s’avère donc biaisée. D’ailleurs, si nous faisons l’addition des voix du Modem et de l’UMP en 2008, nous obtenons un nombre total de 6 036 voix soit pour 2014 une progression de seulement 94 voix.

Tandis que si nous cumulons les voix de la gauche (des têtes de listes Isabelle Dahan et David M’Banza) nous obtenons un total de 2 812 voix soit plus de 290 voix par rapport à 2008. Il convient de souligner que la gauche Bois-Colombienne est la seule des Hauts-de-Seine à progresser, signe d’un mécontentement local ?

Mais le vrai gagnant est celui qui ne s’exprime pas. En effet, alors que les élections municipales concernent la mise en oeuvre de décisions politiques2 concernant les préoccupations quotidiennes des citoyens plus de 45% d’électeurs inscrits s’abstiennent de voter.

Alors plutôt que se gargariser des résultats, il faut se poser la question pourquoi dans notre ville nous avions un taux d’abstention de + de 7 points par rapport au national.

Nous nous prenons également notre part de responsabilité car nous n’avons pas su attirer et convaincre ces personnes.

Les élections européennes

Le parti désigné par tous les médias comme le vainqueur de cette élection est le FN, ce qui est inquiétant. Bois-Colombes ne fait pas exception puisque ce sont 940 voix qui se sont portées sur le parti d’extrême droite (en 2009 seulement 270 voix) soit 3,5 fois plus.

L’union de l’UDI et du Modem permet au parti centriste de passer de 573 voix à 1 285 voix, soit une augmentation de 224%.

Ces progressions se sont faites au détriment du parti de Monsieur Révillon car l’UMP perd 463 voix3 soit une perte de plus de 20% et surtout de la liste des écologistes qui diminue de 883 voix4 soit une perte de plus de 51%.

Vous pensez que j’oublie dans les perdants le parti socialiste et bien, même si certains pouvaient l’espérer, contrairement au niveau national l’idée s’avère fausse. En effet, ce parti progresse sur Bois-Colombes de 408 voix5 soit plus de 57%.

Nous pouvons en être heureux mais pas satisfaits car Bois-Colombes ne fait pas exception quant au désamour pour la politique. En effet, même si nous notons une abstention certes moindre qu’en 2009 elle reste encore supérieure à 50%.

Et pourtant l’offre était pléthorique et le vote blanc reconnu6 !

Si la désillusion est telle que la majorité silencieuse préfère se laisser guider par d’autres, si en temps de crise ceux qui s’estiment être les perdants de la mondialisation sont sensibles au discours démagogique et europhobe de Marine Le Pen, à nous à les convaincre d’une part qu’ils peuvent et doivent prendre en main leur destin et d’autre part que la politique de rejet de l’autre et du repli sur soi est la pire de toute.

Lire la suite
HAUT

S’inscrire sur les listes électorales à Bois-Colombes

Vous venez d’arriver à Bois-Colombes? Vous venez d’avoir 18 ans? Vous êtes citoyen de l’Union Européenne? Vous avez jusqu’au 31 décembre pour vous inscrire sur les listes électorales, condition nécessaire pour pouvoir voter en 2014. En 2014, faites entendre votre voix aux élections municipales (23 et 30 mars 2014) et aux élections européennes (25 mai 2014).
Mode d'emploi pour l'inscription sur les listes électorales à Bois-Colombes

Mode d’emploi pour l’inscription sur les listes électorales à Bois-Colombes

N’attendez plus : rendez-vous à la mairie la plus proche de chez vous ou sur http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F1367.xhtml

Lire la suite