HAUT

Un montant de la dette maîtrisé ?

En prenant connaissance du rapport de présentation du compte administratif 2016, lors du conseil municipal en date du 30 mai 2017, quelle ne fût pas notre surprise de lire « Le niveau de l’encours de dette de la Commune a été maîtrisé et demeure en dessous du niveau des recettes réelles de fonctionnement. Au terme de l’année 2016, l’encours représente 83,5 % des recettes réelles de fonctionnement contre 68,2 % en 2015″

En effet, un satisfecit sur la maîtrise de l’encours de la dette est particulièrement hallucinant et ce à 2 points de vue.

Premièrement, si la maîtrise consiste à passer de 50.9 % à 83.5% en 3 ans, alors il faudra expliquer quel qualitatif employer lorsque la municipalité ne maîtrisera plus rien.

Deuxièmement, exprimer son contentement quand le montant total de la dette demeure en dessous du niveau des recettes réelles de fonctionnement est plutôt heureux.

Nous avons fait remarquer, à ce propos, qu’un ratio > 100 signifie que la dette représente plus d’un an de recettes de fonctionnement. Or d’une part, nous nous en approchons de plus en plus et d’autre part, il ne faut pas oublier que ces recettes réelles de fonctionnement englobent 9,97 M€ de produits exceptionnels* qui par définition, ne se reproduiront pas tous les ans.

 

 

*Pour information, ces produits exceptionnels correspondent à 9,86 M€ de produits de cessions avec notamment, la vente des terrains de la Z.A.C. Pompidou-Le Mignon à Bouygues Immobilier pour 7.734 K€ hors taxes, des propriétés communales sises 8, Villa Renaissance pour 456 K€, 29-31 rue Mertens pour 400 K€ et le chalet de Chatel pour 1.250 K€.

Lire la suite
HAUT

La vente de Chatel ou la mort d’un symbole et d’une époque

Lors du Conseil municipal en date du 07 juillet, nous avons rappelé notre désappointement devant la décision de ne pas vouloir conserver ce patrimoine hautement symbolique pour les Bois-Colombiens (combien de générations ont pu profiter de ce lieu de villégiature) et ce, dans l’objectif d’optimisation de la gestion des biens immobiliers de la commune.

 

Nous ne sommes bien évidemment pas opposés à une gestion raisonnée des deniers de la ville mais, en l’espèce, l’argument avancé par Yves Révillon pour justifier la vente est que cela apparaît économiquement plus avantageux du fait de l’augmentation des frais de fonctionnement et de la nécessité de dépenses importantes de remises aux normes. Or, apparaître n’est pas une certitude. Aussi, nous aurions aimé disposer de devis sur la remise aux normes pour vérifier le bien-fondé de ce choix de vente et surtout afin de pouvoir comparer avec le prix payé aux différents prestataires actuels pour offrir aux enfants Bois-Colombiens des séjours à la montagne.

Ensuite, même si on considère un investissement financier certain à faire pour des raisons de travaux importants, nous sommes perplexes sur le montant plutôt avantageux pour l’acheteur. Ainsi, en pour une surface de 4 034 m² à 1 250 000 € nous obtenons un prix de vente de 309 euros du m², ce qui est bien faible au regard du prix du marché immobilier sur cette zone. Et ce, même si le Maire déplore que le terrain ne soit pas agréable car il est pente…

Lire la suite