HAUT

Pourquoi une dématérialisation du guide des associations et une distribution papier de celui de bienvenue ?

Comme tous les ans, nous demandons à ce que le guide des associations soit d’une diffusion plus large et qu’il soit édité sous un format papier notamment pour ceux qui n’ont pas le réflexe « Internet ».

 

Si l’édition exclusive au format électronique est justifiée pour des raisons économiques alors une version papier pourrait être mise à disposition dans les mairies, sur les lieux d’activités, dans les écoles, etc.

 

Pour autant les économies pourraient être plutôt axées sur le guide de bienvenue qui ne concerne que quelques centaines d’habitants par an qui lui est en revanche distribué dans toutes les boîtes aux lettres.

 

Serait-ce parce qu’il n’a pas la même valeur symbolique ?

Réponse de Monsieur REVILLON : Il ne savait pas que le guide de bienvenue était distribué dans toutes les boites ! Il va se renseigner.

Il est vrai que n’habitant pas la ville, il ne reçoit pas les publications municipales…

Lire la suite
HAUT

La suppression des échecs à l’école

Depuis 26 ans, le club d’échec de Bois Colombes dispensait son art à l’intérieur des écoles élémentaires de notre ville.

Cela permettait aux enfants depuis la grande section jusqu’au CM2, de s’initier puis de pratiquer les échecs au sein d’un club de très haute qualité.

Depuis 26 ans, parce que c’était après les cours, dans les locaux des écoles, de nombreuses générations d’enfants de Bois Colombes se sont inscrits au club d’échec.

Sans cette facilité, sans cette proximité qui a permis d’en démocratiser l’accès, le plus grand nombre ne se serait sans doute jamais inscrit au club.

Grâce à cela, notre club peut compter dans ses membres plusieurs champions, dont les mérites furent vantés dans le journal municipal.

Grâce à cela, nous pouvons être fiers de connaitre un grand maitre international, Sami Shoker, issu du club et ayant fait son apprentissage le mardi soir à l’école Jules Ferry.

Malgré ces succès, malgré cette popularité, la majorité municipale a décidé, unilatéralement de supprimer les cours d’échecs dans les écoles.

Désormais, les cours d’échecs seront donnés dans une salle municipale à d’autres jours et horaires.

Terminées la démocratisation et la facilité d’accès !

Terminées l’émulation entre camarades de classe, et l’activité accessible après l’école !

Les enfants qui voudront s’inscrire au club d’échecs devront, quand ils en connaitront l’existence, se rendre dans les locaux que la mairie voudra bien mettre à disposition, plus ou moins loin de chez eux, à des heures où ils pratiquent peut –être déjà une autre activité.

Ils devront y aller accompagnés de leurs parents, vu leur jeune âge, créant ainsi une contrainte de plus pour les familles.

Ils devront alors aussi peut être choisir entre les échecs et un autre sport ou activité culturelle.

Alors que jusqu’ici, le temps des échecs ne s’imputait pas sur autre chose que l’étude !

Nous avons fait toutes ces remarques lors du conseil municipal du 7 juillet 2015.

Nous avons aussi demandé pourquoi cette activité était supprimée.

A ça nous n’avons pas eu de réponse. Sinon des assertions à base de ragots comme le conseil aime en rapporter pour justifier ses décisions iniques.

Yves Revillon n’a d’ailleurs répondu à aucune des ces remarques ou questions. Il a laissé ses adjointes s’enferrer dans des explications vaseuses en expliquant très obligeamment qu’il y aurait une offre d’échecs pendant les activités périscolaires.

C’est-à-dire, une initiation, dispensée pendant la moitié de l’année à des groupes réduits.

Pas un accès à tous ceux qui le souhaitent pour apprendre réellement à jouer aux échecs.

La raison, nous nous en doutons, elle est évidemment budgétaire.

Yves Revillon, comme beaucoup d’autres, cherche à faire des économies en raison des baisses de dotations de l’Etat.

Comme nombre de maires de droites, il réduit d’abord, les subventions aux associations sportives et culturelles.

Néanmoins, il faut comme toujours noter les incohérences des choix budgétaires d’Yves Revillon.

3 millions d’économie à faire sur le budget de la ville en détruisant le tissu associatif.

Et 17 millions à emprunter pour la rénovation du gymnase Albert Smirlian.

Cherchez l’erreur !

Le Club d’échec, ses adhérents, ses salariés, pourront dire dès l’an prochain : Revillon m’a tué !

Lire la suite