HAUT

Demande de réintégrer toutes les associations au sein des écoles

Par courrier du 9 Novembre 2015, nous avons renouvelé auprès d’Yves REVILLON notre demande visant à réintégrer les associations au sein des écoles afin de permettre au plus grand nombre d’enfants bois-colombiens de bénéficier d’activités diverses et variées. Et ce, d’autant que nous avons appris récemment qu’en plus de l’Association LE BON DEPART, qui a été maintenue dans plusieurs écoles de la Ville, une autre Association continuait de dispenser son activité dans trois écoles entre 17H30 et 18H30. Il y a donc une absence totale de cohérence dans la décision de « bouter » les associations hors des écoles, soit on les sort toutes sans distinction, soit on les maintient toutes (nous privilégions, bien évidemment, cette dernière solution).

Réponse de Mme COLOMBEL (maire adjointe en charge de la vie scolaire) lors du conseil municipal en date du 17 décembre 2015 (car, évidemment, le Maire n’entend pas nous répondre par écrit… peut-être par peur que nous diffusions ses réponses) – Même tirade que d’habitude :

  • La ville avait besoin de récupérer les locaux pour les activités des TAP : FAUX, les associations intervenaient quasiment toutes sur la tranche 17H30-18H30, soit après les TAP ;
  • La présence d’associations dans certaines écoles et pas dans d’autres crée des inégalités entre les écoles : dans ce cas, pourquoi ne pas faire l’inverse et permettre au plus grand nombre d’intervenir dans toutes les écoles de la ville ;
  • Cela crée aussi une inégalité entre les enfants dont les parents ont la possibilité de payer des activités et ceux qui n’en ont pas la possibilité : certaines activités étaient effectivement coûteuses mais d’autres l’étaient beaucoup moins (les échecs par exemple) ;
  • Les enfants ne sont pas pénalisés puisque les associations ont eu des créneaux dans des locaux municipaux : FAUX, les enfants dont les parents travaillent ne peuvent pas, à 15H45 en semaine, accompagner leurs enfants dans des locaux extérieurs et tous les enfants ne sont pas suffisamment grands pour faire les trajets seuls.
Lire la suite
HAUT

Les associations hors des écoles. Enfin pas toutes !

Rappel : Lors des deux précédents Conseils municipaux (en mai et juillet 2015), nous avons dénoncé la décision de la majorité municipale de sortir des écoles toutes les associations dispensant des activités extrascolaires, essentiellement entre 17H30 et 18H30, soit après les temps d’activité périscolaire ou l’étude.

Notre intervention (en date du 06 octobre) consistait à faire remarquer à la majorité municipale qu’elle avait décidé de sortir toutes les associations des locaux, y compris les échecs qui y étaient depuis 25 ans, pour une question d’équité entre toutes les associations.

Or, il reste encore une association au sein de plusieurs écoles de la ville : LE BON DEPART. Certes, il s’agit d’une association faisant du soutien scolaire mais soit on les sort toutes sans faire de distinction quant à l’utilité ou non de l’activité proposée, soit on n’en sort aucune.

Par ailleurs, concernant les échecs, pendant l’été, entre 20 et 30 courriers de parents mécontents de leur décision ont été adressé à la Mairie, courriers restés sans réponse.

Enfin, nous leur avons rappelé que les échecs ont des qualités éducatives incontestables et que tant le Ministère de l’Education Nationale que l’Union Européenne prônent l’introduction des échecs dans les écoles. Et que notre Club d’échecs repose sur le sport scolaire. Ainsi par cette décision irréfléchie, la pérennité de ce club qui fait la renommée de notre Ville était mise en péril.

Du reste, pour tenter de conserver un nombre d’élèves suffisant (et parce qu’avec les cours proposés dans des lieux extérieurs aux écoles, entre 16 H et 17H30, il n’avait qu’une quinzaine d’inscriptions avant les vacances d’été), le club d’échecs a demandé à ses animateurs d’aller chercher les enfants à la sortie des écoles pour les emmener sur les lieux d’activités. Sauf qu’ils n’ont pas suffisamment d’animateurs pour proposer cet accompagnement sur toutes les écoles de la ville. Donc, ils ont renoncé à proposer des cours au Vigny et à Glatz, ce qui prive les enfants des écoles du sud et du nord de la possibilité de pratiquer les échecs et conduit à une inégalité entre les enfants des différentes écoles. Et cela provoque le mécontentement des parents, outre le fait que cela n’a permis au club d’enregistrer que 90 inscriptions contre 240 auparavant. Nous leur avons donc demandé de réintroduire les associations dans les écoles.

Réponse de Mme COLOMBEL (maire adjointe en charge de la vie scolaire) : Il n’y a pas d’inégalité. Le club d’échecs a toujours les créneaux disponibles au Vigny et à Glatz et il n’est pas sûr que la baisse des effectifs soit due uniquement à la sortie des écoles (NB : nous ne savons pas ce que cette affirmation sous-entend). La municipalité réfléchit toujours à réduire les inégalités. Le Maire a répondu à toutes les lettres sauf une ou deux et il a estimé que la réponse faite aux associations de parents d’élèves (qui se sont également plaintes de cette décision) était suffisante.

Depuis le Conseil Municipal, nous avons appris qu’une association non bois-colombienne proposant une activité extrascolaire relativement coûteuse (près de 300 €) allait réintégrer une école de la ville après les vacances de la Toussaint. Pourquoi cette association et pas d’autres ? Aucune idée et évidemment aucune réponse de la ville…Mais drôle de conception de l’égalité…

Lire la suite