HAUT

Demande de réintégrer toutes les associations au sein des écoles

Par courrier du 9 Novembre 2015, nous avons renouvelé auprès d’Yves REVILLON notre demande visant à réintégrer les associations au sein des écoles afin de permettre au plus grand nombre d’enfants bois-colombiens de bénéficier d’activités diverses et variées. Et ce, d’autant que nous avons appris récemment qu’en plus de l’Association LE BON DEPART, qui a été maintenue dans plusieurs écoles de la Ville, une autre Association continuait de dispenser son activité dans trois écoles entre 17H30 et 18H30. Il y a donc une absence totale de cohérence dans la décision de « bouter » les associations hors des écoles, soit on les sort toutes sans distinction, soit on les maintient toutes (nous privilégions, bien évidemment, cette dernière solution).

Réponse de Mme COLOMBEL (maire adjointe en charge de la vie scolaire) lors du conseil municipal en date du 17 décembre 2015 (car, évidemment, le Maire n’entend pas nous répondre par écrit… peut-être par peur que nous diffusions ses réponses) – Même tirade que d’habitude :

  • La ville avait besoin de récupérer les locaux pour les activités des TAP : FAUX, les associations intervenaient quasiment toutes sur la tranche 17H30-18H30, soit après les TAP ;
  • La présence d’associations dans certaines écoles et pas dans d’autres crée des inégalités entre les écoles : dans ce cas, pourquoi ne pas faire l’inverse et permettre au plus grand nombre d’intervenir dans toutes les écoles de la ville ;
  • Cela crée aussi une inégalité entre les enfants dont les parents ont la possibilité de payer des activités et ceux qui n’en ont pas la possibilité : certaines activités étaient effectivement coûteuses mais d’autres l’étaient beaucoup moins (les échecs par exemple) ;
  • Les enfants ne sont pas pénalisés puisque les associations ont eu des créneaux dans des locaux municipaux : FAUX, les enfants dont les parents travaillent ne peuvent pas, à 15H45 en semaine, accompagner leurs enfants dans des locaux extérieurs et tous les enfants ne sont pas suffisamment grands pour faire les trajets seuls.
Lire la suite
HAUT

Echecs aux Echecs (et aux autres associations) dans les écoles

Lors d’un précédent conseil, nous avons interrogé le Maire sur la sortie envisagée des écoles des associations proposant des activités extrascolaires en son sein.

Cela concerne notamment les échecs alors que le cercle d’échecs de Bois-Colombes, qui a le label de club formateur et a fait émerger plusieurs champions, existe depuis 26 ans, est présent dans les écoles de la ville, dans le cadre d’activités extrascolaires, depuis 25 ans et a ainsi permis à de très nombreux bois-colombiens de pratiquer cette discipline (dont l’intérêt éducatif et citoyen est indéniable).

Il nous avait alors été vaguement répondu qu’effectivement, cela était prévu car il s’agissait d’activités extrascolaires qui empiétaient sur les activités périscolaires et que certaines de ces activités allaient revenir au sein des écoles dans le cadre de nouvelles activités proposées au sein des TAP (temps d’activité périscolaire créé par la réforme des rythmes éducatifs).

Renseignements pris, la Mairie a effectivement pris la décision de supprimer toute activité extrascolaire au sein des écoles pour des motifs divers mais totalement inopérants :

–          Les activités extrascolaires mobiliseraient des salles au détriment des TAP : FAUX, la plupart des activités extrascolaires se déroulaient entre 17H30 et 18H30, donc après les TAP qui se terminent à 17H30 ;

–          Des problèmes seraient survenus lors des liaisons entre les animateurs de la ville et les intervenants des associations : est-il nécessaire de sanctionner toutes les associations pour des problèmes ponctuels ne concernant ni toutes les associations, ni toutes les écoles. N’aurait-il pas été plus intelligent de mettre en garde l’association concernée, voire de la menacer de l’arrêt de toute intervention dans les écoles si de nouveaux problèmes apparaissaient plutôt que de sanctionner toutes les associations ?

–          Les enfants ne feraient pas la différence entre les activités périscolaires et les activités extrascolaires ? Ah bon ? Et alors ?

La Mairie a affirmé que cela arrangerait les associations car elles auraient obtenu, en échange, plus de créneaux dans les espaces municipaux autres que les écoles, ce qui va leur permettre d’accueillir plus d’enfants, et que les associations ayant accepté d’intervenir dans le cadre des TAP allaient bénéficier de plus de notoriété et, par conséquent, de plus d’inscriptions.

Là encore, le raisonnement de la majorité municipale est totalement erroné :

–          La majorité des enfants accueillis dans les activités extrascolaires au sein des écoles ne la pratiquerait pas si l’activité concernée se déroulait en même temps mais à l’extérieur de l’école puisque leurs parents travaillent et ne sont pas disponibles à 16H pour accompagner leurs enfants.

–          Seuls les enfants de CM1-CM2 sont susceptibles d’effectuer les trajets seuls entre l’école et le lieu de l’activité puis pour rentrer chez eux. Les autres seront donc lourdement pénalisés puisqu’ils n’auront plus accès aux activités.

–          Les créneaux obtenus par les associations se situent en semaine et en fin d’après-midi, donc à un moment de la journée où, dans leur majorité, les parents des enfants travaillent et ne sont donc pas disponibles. Donc, à supposer que les TAP permettent d’intéresser certains enfants aux activités (ce qui est le but de la réforme), encore faut-il que les enfants puissent continuer de pratiquer l’activité en extrascolaire à un moment où les parents sont disponibles pour les accompagner.

–          Enfin, l’intervention de 3 associations dans le cadre des TAP (échecs, trampoline et tir à l’arc) va être totalement bénévole (les associations ne pouvant, contrairement à ce qui avait été annoncé lors d’un comité de suivi de la réforme des rythmes éducatifs, prétendre à une subvention supplémentaire pour compenser le coût salarial de l’intervenant) et il va falloir un certain nombre d’inscriptions pour payer cet intervenant…

 

En conclusion, comme d’habitude, la majorité municipale a pris une décision sans mesurer l’impact sur les enfants et sur les associations :

–           De nombreux d’enfants ne vont plus pratiquer les activités qu’ils pratiquaient auparavant au sein des écoles car ils ne peuvent faire les trajets seuls ;

–          Les échecs disparaissent des écoles alors qu’il a été démontré que ce sport permettait de développer des compétences mobilisant logique, stratégie, rigueur, concentration, mémoire et capacité d’abstraction qui sont des facteurs de réussite scolaire ;

–          Les associations vont perdre un grand nombre d’adhérents (le club d’échecs, qui avait ainsi 300 écoliers il y a 2 ans, n’avait que 19 inscriptions au forum des associations et en espère 50 pour la prochaine année scolaire !) ;

–          La pérennité de certaines associations (notamment le club d’échecs dont le sport scolaire est la colonne vertébrale) est en jeu puisque les associations, contrairement à ce qu’affirme la majorité municipale avec une mauvaise foi qui frise l’indécence, ne sont pas des sociétés commerciales dont l’objectif est de faire toujours et encore plus de bénéfice et que, par conséquent, la perte d’un certain nombre d’adhérents fragilisera des équilibres budgétaires souvent déjà branlants.

 

En résumé, cette décision montre, une fois de plus, que la pérennité et le développement du tissu associatif de la ville ne fait pas partie des priorités d’Yves REVILLON et de sa majorité (comme l’histoire de la Philotechnique l’a malheureusement fort bien montré) et que le bien-être de la jeunesse bois-colombienne – pourtant de plus en plus nombreuse – est bien éloigné de ses préoccupations.

Lire la suite
HAUT

La vente de Chatel ou la mort d’un symbole et d’une époque

Lors du Conseil municipal en date du 07 juillet, nous avons rappelé notre désappointement devant la décision de ne pas vouloir conserver ce patrimoine hautement symbolique pour les Bois-Colombiens (combien de générations ont pu profiter de ce lieu de villégiature) et ce, dans l’objectif d’optimisation de la gestion des biens immobiliers de la commune.

 

Nous ne sommes bien évidemment pas opposés à une gestion raisonnée des deniers de la ville mais, en l’espèce, l’argument avancé par Yves Révillon pour justifier la vente est que cela apparaît économiquement plus avantageux du fait de l’augmentation des frais de fonctionnement et de la nécessité de dépenses importantes de remises aux normes. Or, apparaître n’est pas une certitude. Aussi, nous aurions aimé disposer de devis sur la remise aux normes pour vérifier le bien-fondé de ce choix de vente et surtout afin de pouvoir comparer avec le prix payé aux différents prestataires actuels pour offrir aux enfants Bois-Colombiens des séjours à la montagne.

Ensuite, même si on considère un investissement financier certain à faire pour des raisons de travaux importants, nous sommes perplexes sur le montant plutôt avantageux pour l’acheteur. Ainsi, en pour une surface de 4 034 m² à 1 250 000 € nous obtenons un prix de vente de 309 euros du m², ce qui est bien faible au regard du prix du marché immobilier sur cette zone. Et ce, même si le Maire déplore que le terrain ne soit pas agréable car il est pente…

Lire la suite
HAUT

La garderie du mercredi devient payante

La majorité municipale a décidé de rendre payante la garderie du mercredi entre 11H30 et 12H30. Nous nous sommes étonnés du fait que le coût de cette garderie était au tarif unitaire de 3,61 €, sans application d’un taux de pondération ni application du quotient familial, ce qui est très injuste mais également incohérent (car cela conduit à avoir des types de facturation différents selon les prestations : forfait 2 ou 4 jours pour certains, prix unitaire pour d’autres, quotient familial pour certains et pas pour d’autres). Nous avons donc demandé à la majorité municipale les raisons de ce coût unitaire sans application du quotient familial.

La réponse a été on ne peut plus claire « c’est comme ça » ! Puis, face à notre étonnement légitime, la majorité municipale a tenté de justifier sa décision sur des ouï-dire selon lesquels ce ne serait pas les familles ayant réellement besoin de ce service qui en bénéficierait et que ça ne concernerait que 10 à 15 élèves par école (chiffre contredit par un compte-rendu de comité de suivi de la réforme des rythmes scolaires au cours duquel la Maire-adjointe en charge de la vie scolaire évoque 8 à 12% des élèves scolarisés).

Lire la suite
HAUT

Modification du règlement des accueils de loisirs périscolaires, des accueils de loisirs extra-scolaires, de la garderie du mercredi et du service minimum d’accueil

Comme d’habitude, nous nous sommes abstenus sur le vote de la modification de ce règlement, notamment pour les raisons suivantes :

  • Les maternelles n’ayant pas de temps d’activité périscolaire (TAP), il serait plus simple de fixer une sortie à 15H45 puis une sortie échelonnée à partir de 16 H 30 plutôt que de mettre une sortie à 15H45, une à 16H30 puis une sortie échelonnée à partir de 17H30
  • De même pour le mercredi : jusqu’à l’année dernière, les parents pouvaient venir chercher leurs enfants à partir de 17H. Pourquoi l’avoir reportée à partir de 17H30 alors que, le mercredi après-midi, il n’y a pas de TAP ? D’autant que, pendant les vacances, les parents peuvent venir chercher leurs enfants à partir de 17H ?
  • Lors du dernier comité de suivi de la réforme des rythmes scolaires, la sortie à 16H30 ne semblait possible qu’une fois par semaine. Qu’en est-il et comment cette sortie à 16H30 va être facturée puisque cela n’apparaît pas dans le règlement des conditions de paiement.

Comme d’habitude, dès qu’il faut envisager de faciliter la vie des parents, le Maire ne comprend pas :

  • Pour les deux premières remarques, il estime que des horaires différents pourraient poser des problèmes aux parents qui ont des enfants en maternelle et en élémentaire dans la même école…
  • La sortie à 16H30 sera possible pour les enfants restant aux études et aux TAP et il n’y aura pas de forfait particulier.

Donc les parents qui souhaitent récupérer leurs enfants à 16H30 devront payer des forfaits études et/ou TAP… c’est-à-dire qu’ils seront obligés de payer pour des études et/ou des TAP dont leurs enfants ne bénéficieront pas… Et ils n’auront même pas de goûter, c’est du grand n’importe quoi !!!!

Conclusion : Certaines villes ont fait le choix de faciliter la vie des parents et de faire de l’éducation et de la jeunesse une priorité de l’action municipale, notamment en ne faisant pas payer les temps d’activité périscolaire. Ce n’est à l’évidence pas le cas à Bois-Colombes.

Lire la suite
HAUT

Report sine die du projet de city stade du Conseil Municipal des Jeunes

Depuis octobre 2013, les nouveaux conseillers municipaux jeunes travaillent sur leurs différents projets. Ceux de la commission sport ont travaillé ainsi de nombreux mois sur un projet de city stade à installer sur un terrain inutilisé entre le gymnase Jean Jaurès et le parking situé à l’arrière. En octobre 2014, la commission sport a présenté au CMJ trois projets chiffrés de city stade. Le CMJ, que Monsieur REVILLON présidait en sa qualité de Maire, a voté pour le projet de plus élevé (environ 65.000 €).

Or, début mai, le Maire leur a annoncé le report sine die du projet au motif que la ville n’aurait pas le budget nécessaire pour le mener à bien et qu’en contrepartie, l’armature du city stade du parc Pompidou (remplacé, lui, par un neuf – plus petit – à 110.000 €) allait être installée à Jaurès en mettant du gravier au sol (ce qui n’est pas très adapté aux jeux de ballons).

Nous avons souligné que nous trouvions cette décision extrêmement regrettable pour deux raisons. D’une part, ce projet est particulièrement nécessaire aux les jeunes de la ville qui n’ont strictement aucun espace pour jouer au ballon puisque cela est totalement interdit dans tous les parcs de la ville. D’autre part, à une époque où les jeunes n’ont plus confiance dans la politique, une telle décision, qui va à l’encontre du vote du CMJ, ne fait que conforter les jeunes dans leur absence de confiance dans les hommes politiques.

Lire la suite
HAUT

Enfin une bonne idée de la part de la municipalité

Enfin une rampe d’accès est mise en place pour cette rentrée scolaire à l’école Jules-Ferry. Il faut savoir que les associations de parents d’élèves demandaient sa création depuis de nombreuses années mais que la municipalité l’a toujours refusé prétextant une impossibilité technique.

Pourquoi ce changement ?

La solution technique a enfin été trouvée ? Des personnes ont eu une inspiration pendant leurs vacances ou n’est-ce pas plutôt le respect d’une obligation législative qui arrive à échéance en 2015[1].

Ce que l’on peut reprocher à cette municipalité : cette rampe était une nécessité depuis des années, mais il faut attendre le dernier moment pour qu’elle soit enfin réalisée !

 

[1]La loi du 11 février 2005 sur le handicap oblige au 01 janvier 2015 la mise en accessibilité des personnes handicapées dans les transports collectifs et les établissements recevant du public.

Lire la suite
HAUT

Les nouveaux rythmes éducatifs à Bois-Colombes

En Septembre prochain, les écoliers de notre ville bénéficieront de la réforme sur les rythmes éducatifs. Changeons d’èRe s’en félicite, mais la méthode et certaines mauvaises décisions nous interpellent.

Depuis maintenant plus d’une dizaine d’années, tous les spécialistes s’accordent sur la nécessité d’alléger le temps scolaire quotidien de l’enfant et de privilégier les matinées pour l’apprentissage. C’est la raison pour laquelle la réforme a imposé 5 matinées d’école (au lieu de 4) et un temps scolaire journalier maximum de 5H30 (au lieu de 6H actuellement).

Mais cette réforme a également pour objet de développer les temps d’accueil périscolaire en incitant les municipalités (qui gèrent ce temps) à y proposer des activités variées afin que chaque enfant puisse découvrir des sports, des loisirs, des activités culturelles auxquels il n’aurait pas accès autrement.

A Bois-Colombes, la municipalité a décidé de mettre en place un Comité de pilotage réunissant le Maire, plusieurs de ses adjoints, des responsables municipaux, les représentants des associations de parents d’élèves et les directeurs d’école. Cela a permis, au début du moins (c’est-à-dire jusqu’aux élections municipales), une vraie concertation ayant pour but l’intérêt de nos enfants.

Malheureusement, après les élections, le comité de pilotage n’était plus un organe de réflexion mais le lieu d’information des décisions prises par la Mairie.

Si cette concertation s’était poursuivie, le résultat ne serait pas aussi décevant.

  1. Tout d’abord, le Maire a décidé, de façon unilatérale et alors que les parents avaient plébiscité des matinées de 3H30 (8H30 à 12 H), de réduire les matinées à 3H (de 8H30 à 11H30). Le pic d’attention des enfants étant aux alentours de 11 H (rapport INSERM 2001), cette demi-heure du matin pouvait avoir son importance. Ce n’est pas pour rien que la réforme autorisait des matinées de 3H30…
  2. La Mairie a également décidé le maintien des études deux jours par semaine pour l’exécution des devoirs (les instituteurs s’engageant à ne donner de devoirs que les jours d’études). Or, d’une part, cela est totalement contraire à l’esprit de la réforme qui a pour but de réduire le temps scolaire de l’enfant dans la journée et d’autre part, les devoirs à la maison et toute forme de travail écrit sont strictement interdits (interdiction rappelée par de nombreuses circulaires depuis 1956…).
  3. La ville ne prévoit aucune activité spécifique pendant les nouveaux temps périscolaires des maternelles… Le second objectif de la réforme (la découverte d’activités sportives, culturelles et de loisirs) est donc totalement oublié pour les plus petits et donc les plus fragiles…
  4. Les élémentaires auront quant à eux la possibilité de choisir deux « modules » de temps périscolaire pour les jours où ils n’auront pas étude. Ce n’est que 15 jours avant la sortie des classes que les parents ont enfin eu connaissance des modules proposés dans l’école de leurs enfants. Outre le peu de variété entre les modules proposés, on ne peut que déplorer qu’il n’y ait que 2 lignes de description du contenu pour aider les enfants à choisir une activité qu’ils n’auront pas la possibilité de changer en cours d’année.
  5. L’Ecole Municipale des Sports (EMS) disparaît. Pourtant, l’EMS, qui permettait à de nombreux enfants de découvrir différents sports, se déroulait le mercredi après-midi. Et, le mercredi après-midi n’est absolument pas impacté par la réforme. Il est donc difficile de comprendre cette suppression qui permettait à des enfants, dont les parents n’avaient pas la possibilité de les inscrire dans un club de sport extérieur, de pratiquer des activités sportives toutes les semaines.
  6. Les Associations de la Ville ont été totalement négligées voire ignorées par la municipalité. En effet, en fin d’année 2013 (ce qui était déjà très tardif), la Ville a annoncé qu’elle leur enverrait, vers la fin du mois de Mars 2014, un « appel à projet » afin d’étudier la possibilité de les intégrer dans les nouveaux temps périscolaires. Or, cet appel à projet n’est jamais arrivé… Et pour cause puisque seuls les animateurs ainsi que les éducateurs sportifs de la ville et de BCS interviendront sur le temps périscolaire. Mais cela n’est pas sans conséquence : les associations intervenant actuellement dans les écoles ne savaient toujours pas, au 10 juin, si elles pourraient continuer leurs cours au sein des écoles et sous quelles conditions. Au sein de ces associations, il y a des bénévoles mais également des professeurs… qui comptent sur ces cours pour gagner leur vie, ce que la municipalité n’a malheureusement pas compris.

A cela s’ajoutent : une absence totale de communication de la Ville auprès des parents avant la mi-juin, la suppression des 15 mn d’accueil supplémentaire du soir pour les maternelles (l’heure de fin étant ramenée de 18H45 à 18H30), l’absence de cantine le mercredi midi pour les enfants ne restant pas au centre de loisirs, etc.

Une véritable concertation, incluant les animateurs et les associations de la ville, aurait à coup sûr permis de faire mieux. Il en va tout de même de l’épanouissement de nos enfants !

Changeons d’èRe surveillera donc de très près ces nouveaux rythmes scolaires et continuera à être force de propositions pour que, toujours, l’intérêt de nos enfants guide chaque décision municipale.

Lire la suite
HAUT

Grève dans deux écoles de Bois-Colombes le 18 mars 2014

Un préavis de grève a été déposé dans deux écoles de Bois Colombes le mardi 18 mars 2014 :

la maternelle Paul Bert et l’école Françoise Dolto.

Sur le site de la mairie, on trouve la petite phrase suivante :

« Il n’y aura pas de service minimum d’accueil à Paul-Bert Maternelle et à Dolto : les classes dont les enseignants sont grévistes n’accueilleront aucun enfant.
Ailleurs, l’accueil des enfants se fera normalement. »

En clair, parents, débrouillez vous!

Une fois encore Changeons d’èRe dénonce l’absence totale de vision solidaire de la politique de la majorité sortante qui laisse les parents livrés à eux même un jour de grève des écoles.

A eux de se débrouiller.

Comme disent Yves Révillon et un certain nombre de ses adjoints :

« L’école n’est pas une garderie »

Non, bien entendu l’école n’est pas une garderie!

Néanmoins, il me semble que le devoir d’un maire est de prêter assistance à ses administrés devant un certian nombre de d’imprévu quand il peut y apporter une solution.

Et là, en l’occurrence il est possible de mettre en place des accueils de loisirs temporaires, pour permettre aux parents d’aller travailler sereinement.

Car demain que faire?

Poser un congé? une RTT? Encore faut-il le pouvoir.

Changeons d’èRe mettra en place un service d’accueil des enfants les jours de grève scolaire, afin de ne pénaliser personne, ni les enfants, ni les parents qui travaillent.

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite
HAUT

La preuve par l’image !

 

Le 7 septembre, lors du forum des associations, nous avons distribué une lettre sur les difficultés engendrées par les décisions de la mairie concernant les activités sur la ville et le périscolaire, voici les deux articles de la lettre :

Et comme vous pouvez le voir ci-dessous, nous sommes sûr qu’il y a effectivement un vrai problème :

 

 

Lire la suite