HAUT

Pourquoi une dématérialisation du guide des associations et une distribution papier de celui de bienvenue ?

Comme tous les ans, nous demandons à ce que le guide des associations soit d’une diffusion plus large et qu’il soit édité sous un format papier notamment pour ceux qui n’ont pas le réflexe « Internet ».

 

Si l’édition exclusive au format électronique est justifiée pour des raisons économiques alors une version papier pourrait être mise à disposition dans les mairies, sur les lieux d’activités, dans les écoles, etc.

 

Pour autant les économies pourraient être plutôt axées sur le guide de bienvenue qui ne concerne que quelques centaines d’habitants par an qui lui est en revanche distribué dans toutes les boîtes aux lettres.

 

Serait-ce parce qu’il n’a pas la même valeur symbolique ?

Réponse de Monsieur REVILLON : Il ne savait pas que le guide de bienvenue était distribué dans toutes les boites ! Il va se renseigner.

Il est vrai que n’habitant pas la ville, il ne reçoit pas les publications municipales…

Lire la suite
HAUT

Et pourquoi pas une municipalisation du Conservatoire ?

La subvention allouée au Conservatoire est de 200.000 € (sans compter la mise à disposition des locaux), ce qui correspond à presque la moitié des recettes.

Or, une association peut être considérée comme transparente et donc au service de la ville lorsqu’elle gère un équipement public, que plusieurs membres du conseil municipal siègent au conseil d’administration et lorsque plus de la moitié de ses ressources est constituée par des subventions municipales (Arrêt du Conseil d’Etat du 21 Mars 2007).

Dès lors, ne serait-il pas dans l’intérêt de tous les bois-colombiens que le Conservatoire soit municipalisé ?

Cela permettrait d’offrir des activités soumises au quotient familial et par conséquent de rendre accessible la musique et les autres activités du Conservatoire au plus grand nombre de bois-colombiens, voire d’intégrer les activités du Conservatoire dans les ateliers périscolaires.

C’est du reste parce que le Conservatoire est relativement cher que, malgré le rajeunissement de la population de la ville, le nombre d’élèves n’augmente pas comme s’en est inquiété Monsieur REVILLON lors de la dernière assemblée générale du Conservatoire.

REPONSE de la Mairie : Aucune

Lire la suite
HAUT

Baisse des subventions aux associations

Lors des séances des 14 avril et 26 mai dernier, nous avons interpellé la majorité municipale sur la question de savoir comment se décidait la baisse ou la hausse des subventions allouées aux différentes associations de la ville.

En effet, à la lecture des différentes délibérations sur ce sujet, nous nous sommes aperçus que certaines associations subissaient une diminution parfois conséquente de leur subvention 2015.

Pour ne citer que quelques exemples : Bois Co Land voit sa subvention diminuer de 1.000 € à 850 €,  le CCAS de 280.000 € à 242.000 € et la Philotechnique de 90.000 € à 45.000 €.

D’après la majorité municipale, ces baisses seraient le fait que certaines associations recevraient des subventions indirectes (mise à disposition de salle, de personnel, de bus, etc.). Nous sommes dubitatifs devant ces explications car, s’il n’y a que les présidents de ces associations qui pourraient nous confirmer ce point (le tableau des subventions indirectes ne nous étant plus remis), une baisse brutale de 30 % à 50% des subventions allouées à certaines associations peut aussi signifier la fin de leurs activités.

Lire la suite
HAUT

La piscine une concession au service des Bois-Colombiens ?

Lors du dernier conseil municipal en date du 16 décembre, une délibération était consacrée à la validation de l’avenant du contrat de concession de l’équipement aquatique de Bois-Colombes.

Le groupe Changeons d’Ere a voté contre et ce pour deux raisons : la première pour répartition inéquitable des horaires d’ouverture pour les bois-colombiens. En effet, nous constatons une diminution des plages horaires de l’espace piscine avec notamment la disparition du samedi matin et une augmentation des plages horaires de l’espace remise en forme. A en croire les explications de la société Nautelyo, ce changement serait dû, pour l’espace piscine à un manque de fréquentation (nous de disposons pas d’ailleurs des chiffres de fréquentation) et pour l’espace remise en forme à une forte demande. Ne serait-ce pas plutôt tout simplement pour accroitre le bénéfice de la partie plus commerciale ?

La seconde raison de notre position concerne la vision de la délégation de service public quelque peu dévoyée. Ainsi ce concessionnaire se comporte comme il l’entend : fixe de nouveaux horaires et les met en place sans en attendre la validation (pour privilégier outrageusement l’espace de remise en forme) et chaque année il faut lui réclamer les documents d’information accompagnant la remise de son rapport annuel.

Lire la suite
HAUT

Conseils de quartier : une mise en place confidentielle

Pour tenir une promesse de campagne, Yves Révillon est en train de mettre en place trois conseils de quartier. Après une lecture rapide du règlement intérieur, on ne peut que constater que nous sommes loin de la démocratie participative. Les élus de changeons d’èRe ont fait part de leur étonnement sur ce projet lors du dernier conseil municipal.

Vous souhaitez participer aux conseils de quartier ? 

Hélas, la majorité municipale a décidé que :

1 Les représentants de quartier ne seront pas choisis par des assemblées générales de quartier ouvertes ;

2 La mairie ne mettra pas à disposition ses moyens de communication (panneaux, journal…) pour informer les citoyens du processus.

D’après un adjoint au maire en charge du dossier, il y a eu assez de communication à ce sujet pendant la campagne électorale (sic).

Non, la méthode est bien plus simple :

Les trois adjoints délégués par quartier sont chargés de trouver des citoyens candidats au bureau du conseil. Ces citoyens sont sollicités par les adjoints, dans leur réseau de connaissances, puis proposés au maire.

Dès lors, il apparait que si les candidats à siéger au sein des bureaux de ces conseils ne connaissent pas les adjoints, ils ont peu de chance d’être désignés.

Pas élus : DÉSIGNÉS….

Là est la nuance, le texte précise bien : « les représentants des quartiers pour constituer les bureaux seront désignés par le maire sur proposition des adjoints en charge des conseils de quartier. » En conclusion, d’après le texte voté :

Il faut connaître un adjoint et/ou le Maire pour avoir une chance de participer à la vie du quartier ;

Le texte ne prévoit qu’une réunion par an environ du conseil ;

Il n’est pas attribué au conseil de quartier un rôle de proposition.

A défaut de communication de la majorité municipale, Changeons d’èRe a décidé de relayer l’information auprès des citoyens, même si nous ne connaissons pas la méthode de sélection : cooptation et copinage ou démocratie participative.

Comme Yves Révillon répète qu’on ne va pas refaire les élections, nous pouvons craindre que la première solution ne finisse par l’emporter.

Si vous souhaitez participer à ces conseils de quartier

Nous vous proposons de prendre contact par mail, en cliquant sur leur nom, avec les adjoints en charge de votre quartier afin de leur faire part de votre candidature.

Quartier sud (les Bruyères et les Vallées) : Monsieur Henri Vincent 

Quartier Centre : Mr Jean-Pierre Le Lausque 

Quartier Nord (de la rue Victor Hugo à l’avenue d’Argenteuil) Madame Anne Gabrielle Cantet

Réponse en septembre…

Lire la suite
HAUT

Lorsque le maire confirme les dires de M. SNEESSENS dans sa réponse

Rappel du premier épisode :

Dans une lettre ouverte au maire, M. Sneessens, pourtant maire adjoint de M. Révillon, a pointé du doigt les grandes difficultés qu’il avait rencontré lors de ses 6 ans en tant qu’adjoint au maire. Cette lettre lisible sur le site mis en place par M. Sneessens, qui continue à être mis à jour régulièrement sur la page Compléments, a été lu par son auteur mardi dernier en conseil municipal devant une assemblée médusée. Changeons d’èRe, qui a pris l’habitude depuis quelques mois de filmer les conseils municipaux, diffuse depuis mardi la vidéo de cette lecture.

Après ce coup d’éclat, le maire a répondu à M. Sneessens. Ce discours permet de comprendre ce que M. SNEESSENS dénonce. En effet, bien que le maire semble garder son calme, on sent bouillir en lui la colère et fini par confirmer plusieurs points de la lette de son adjoint. Ainsi, au lieu de dire qu’il ne lui répondra pas il utilise une formule beaucoup plus violente :

« Démolir », le terme est fort. Et donne écho à ce que dit M. Sneessens :

Ils peuvent se montrer tantôt bien élevés, gentils, courtois, souriants, voire obséquieux, quand il y a besoin de l’être, mais peuvent aussi être tantôt brutaux, racistes, homophobes, sectaires, dogmatiques…

En général très bien caché, on sent tout ce mépris dans la réponse du maire à Isabelle Dahan lorsqu’elle soulignait l’aspect courageux de la démarche de M. Sneessens :

« Vous n’avez qu’à le prendre »… On est loin de l’image du gentil vieux monsieur que le maire veut se donner.

M. Sneessens dénonce également le manque de démocratie qui existe au sein de la majorité dans laquelle les décisions sont prises uniquement par le maire et un cercle très restreint. Réponse du maire :

C’est un discours que l’on entend souvent lors des conseils municipaux : « Les gens ne sont pas contents ? Qu’ils viennent me voir ! » En disant cela, Yves Révillon confirme donc ce côté toute puissance du maire, voire, si on osait, clientéliste. Ce côté toute puissance fait écho également au reproche de M. Sneessens sur la négociation des pénalités pour la salle Jean Renoir que le maire aurait négociées en ne voulant ni de la présence de son adjoint au maire ni de celle de la directrice technique de la mairie. D’ailleurs, sur ce sujet, le maire a une jolie phrase :

On aurait aimé qu’il en soit sûr !

Lorsqu’il prend le conseil municipal à témoin sur la possibilité de chacun de s’exprimer, notez avec quelle énergie les autres conseiller-ère-s manifestent leur soutien.

Seule, Mme Mariaud, adjointe au maire à la petite enfance et sans doute n°2 de la liste du maire pour les prochaines élections, prend le micro pour prendre la défense de son candidat.

Et on comprend ce que M. Sneessens veut dire quand il dit :

Lors des Conseils, le jeu du vote à main levée fait le reste, tout le monde n’a plus qu’à être d’accord avec celui qui tient le porte-voix. Et gare à celle ou celui qui osera s’opposer, voire même s’abstenir !

Puisque la première réaction du maire est de dire sous des aspects mélodramatique :

Comme s’il était impossible pour des personnes qui ne pensent pas la même chose de collaborer. Un bon petit gout de « La France tu l’aime ou tu la quitte… », sauf que là c’est Bois-Colombes, ou plutôt sa vision de Bois-Colombes, comme si, une fois de plus d’autres visions étaient impossibles..

Depuis longtemps, en matière de démocratie locale, Changeons d’èRe dénonce des méthodes de fonctionnement et des attitudes d’un autre temps. Mais ces thèmes sont difficiles à faire passer car souvent difficile à mettre à jour. Avec l’intervention de M. Sneessens, nous avons un aperçu des réalités du fonctionnement de notre ville…

Lire la suite
HAUT

Yves Révillon : l’immobilisme en action

(un maire qui ne tient pas ses promesses)

Passage en revue de quelques-unes des belles promesses du maire en 2008 :

1. « L’allègement de la fiscalité »

taxeMalgré l’argent des entreprises, Taxe d’Habitation et Taxe Foncière sont toujours aussi élevées.
* : classement du 92

2. « La défense du tissu pavillonnaire »

rienDu nord au sud, des pavillons sont démolis pour favoriser les projets des promoteurs.

3. « La modernisation de la salle Jean Renoir »

6,5MAu lieu des 2,9 M€ prévus.

4. « Faciliter la vie des personnes handicapées »

si-peuAu coup par coup, sans stratégie

5. Le « renforcement du plan vert »

rienLa commune est toujours avant-dernière du département en espaces verts publics.

6. Le « réaménagement des anciennes voies ferrées aux Bruyères »

rien(depuis 18 ans)

7. « Un nouveau centre de tennis »

rienProjet abandonné.

8. « Toutes les voies communales en limitation 30 »

rienAucun changement

 

 

 

Télécharger le document papier

Lire la suite
HAUT

Bois Colombes : aucun hommage à Nelson Mandela

Le décès de Mandela est la perte d’un symbole pour l’humanité.

Entré dans l’Histoire de son vivant, Nelson MANDELA a changé bien plus que l’Afrique du Sud. Il a accéléré le cours du monde. Il était armé de ses seuls principes et d’une inaltérable volonté. Résistant à l’enfermement, il a combattu et vaincu l’aparthdie, et a su tendre la main à ses oppresseurs.

Mandela resta pour tous les citoyens du monde un exemple de résistance, de liberté et de dignité…

Nelson MANDELA n’est plus là. Mais son message, lui, continuera à vivre et à inspirer les nouvelles générations. Une figure autour de laquelle les hommes et les femmes qui luttent pour leurs droits voudront se réunir.

Pourtant, la municipalité de Bois-Colombes passe sous silence cette perte. Aucun hommage à Nelson Mandela n’est prévu dans la ville. Pour les commémorations (comme pour d’autres choses d’ailleurs), il faudra aller dans les villes voisines. C’est d’ailler ce que propose la mairie lorsqu’on lui pose la question…

Lire la suite
HAUT

Pour une vraie Démocratie Locale à Bois-Colombes

Je suis assez nouveau à Bois-Colombes et j’aime me balader dans ma nouvelle ville et discuter avec les gens. Mais depuis mon arrivée, j’ai beaucoup entendu parler de la « ZAC Nord »… Dans toutes les bouches, ce curieux mot est associé à une question : « où est donc passée la concertation de la population ? ». Je trouve cette question bien fâcheuse, pas vous  ?

Mon parcours politique et professionnel est encore mince. Du coup, je me raccroche à la formation que j’ai suivie : celle du beau métier d’ingénieur ! Durant toute ma formation, on a cessé de me marteler le même message : « pour développer un projet, il faut impliquer les gens concernés, sinon il est voué à l’échec ! ». Le rôle de l’ingénieur n’était alors pas tellement de proposer, mais de guider les acteurs concernés par une même question à déboucher sur une solution commune et consensuelle.

L'écoute citoyenne : une nécessité pour vivre ensemble!

Vous aussi vous aimeriez être écoutés à Bois-Colombes, non?

La Démocratie Locale : une vraie écoute citoyenne

Les bases du Développement Durable (principe auquel je suis – soit dit en passant –  profondément attaché) énoncent également le même principe : pour progresser de façon durable, il est nécessaire que les acteurs concernés construisent ensemble un projet et qu’un « guide modérateur » fasse avancer le groupe par des jalons.

Alors qu’à l’échelle d’un Etat, il s’agit du Président de la République, ce rôle de « guide » doit être, à Bois-Colombes, incarné par notre Maire. Ce ne doit pas être un exécutif opaque qui tient toutes les décisions, dans son petit coin. Pourtant, lorsque l’on voit ce qui s’est passé avec la ZAC Nord, c’est bien cela qui s’est produit et c’est vraiment dommage.

Je crois en la participation citoyenne, car elle nous responsabilise et nous permet de mieux vivre ensemble. Lorsque nous souhaitons réaliser un projet d’envergure, nous ne devons pas nous contenter d’organisation une réunion publique une fois que les dés sont jetés. Les élus devraient au contraire présenter au citoyen un objectif et l’accompagner dans l’émergence d’une solution commune. Nous vivons ensemble, nous devons donc construire ensemble !

Lire la suite
HAUT

Le maire et le mariage homosexuel

Lors du conseil municipal du 27 novembre 2012, alors que l’opposition l’intérogeait sur l’absence de manifestation lors de la commémoration du massacre du 17 octobre 1961, Yves Révillon part dans une diatribe sur le mariage homosexuel, en comparant cette loi à celles prisent par le gouvernement de Petain… La vidéo parle d’elle-même.


Révillon et le mariage homosexuel par changeons-d-ere

Vous pouvez voir l’ensemble de l’échange ci-dessous :


Question diverse sur le massacre du 17/10/1961… par changeons-d-ere

Lire la suite