HAUT

La Philotechnique est morte, Yves Révillon l’enterre !

La PHILOTECHNIQUE était une Association reconnue d’utilité publique dispensant des formations -professionnelles ou non – présente sur le territoire de notre ville depuis avant même la création de Bois-Colombes. De nombreux bois-colombiens et alto-séquanais ont bénéficié de ces formations dont la qualité était reconnue de tous.

L’année dernière, l’intervention de nos conseillers municipaux (qui avaient réussi à mobiliser un sénateur, un député et des conseillers régionaux) avait permis de mettre fin au litige opposant depuis de nombreuses années l’ancien Président de la PHILO (soutenu par le Maire qui était présent aux Conseils d’Administration et qui n’entendait surtout pas intervenir pour trouver une solution permettant la survie de l’association) et deux salariés ayant obtenu plusieurs décisions en leur faveur, de débloquer la subvention de la Région et, par conséquent, de permettre la poursuite de l’activité de l’Association dans le cadre d’une procédure de redressement judiciaire initiée par l’ancien Président.

Depuis lors, malheureusement, le CNAM a dénoncé la convention qui permettait à la PHILO de dispenser les formations agréées CNAM. Et le Tribunal en a déduit que le redressement n’était plus possible et qu’il fallait donc prononcer la liquidation judiciaire de l’Association, à effet du 10 Juillet.

Cependant, depuis le début de l’année, des salariés et des auditeurs de la PHILO avaient commencé à monter un projet associatif alternatif destiné à maintenir une offre importante de formation à Bois-Colombes tout en diversifiant l’activité pour assurer la pérennité de cette nouvelle association. Ce projet impliquait la mise à disposition par la Commune d’un étage du bâtiment qui lui appartient et qui hébergeait la PHILO.

Lors d’une réunion de mars 2015, la Mairie s’est engagée à mettre à disposition cet étage du bâtiment à la nouvelle association qui devait se créer. Ses membres se sont donc démenés, multipliant les contacts avec les organismes susceptibles de leur envoyer des personnes à former, prenant de nouvelles adhésions, etc.

Mais brutalement, à la mi-juin, Yves REVILLON a informé les membres du bureau de la nouvelle Association (qui venaient se présenter à lui) qu’il avait changé d’avis et décidé de reprendre les locaux pour y installer des services municipaux.

Le projet est donc tombé totalement à l’eau puisque, sans un minimum de salles, pas d’offre de formation digne de ce nom.

Alertés, nous avons donc organisé un rassemblement dans le hall de la Mairie juste avant le Conseil Municipal. Le conseiller régional présent, Roberto ROMERO, a manifesté son incompréhension face à la décision du Maire, d’autant que la Région est en mesure de verser des subventions significatives à une Association dispensant de la formation professionnelle. De même, le sénateur déjà intervenu l’année dernière, Philippe KALTENBACH, a écrit au Maire pour déplorer sa décision.

En Conseil Municipal, nous avons interrogé le Maire sur les raisons de ce revirement. Trois arguments ont été avancés :

–          Une commission de sécurité de novembre 2013 aurait préconisé la fermeture du bâtiment et la réalisation d’importants travaux : outre le fait que c’est la première fois que l’argument est avancé (alors que la PHILO occupe nos conseils municipaux depuis janvier 2014…), il est totalement inopérant : la Ville a décidé de maintenir dans les locaux les deux sous-locataires de la PHILO (aux termes de conventions dont les conditions ne nous ont bien évidemment pas été dévoilées) et le Conseil Municipal avait pour objet de nous faire voter le tarif de location des salles de la PHILO maintenant disponibles.

–          La PHILO aurait sous-loué, sans l’autorisation de la Commune et donc de façon illégale, une partie des locaux, bénéficiant ainsi de revenus supérieurs au coût de la location du bâtiment et alors qu’elle percevait une subvention correspondant au montant du loyer : FAUX. La PHILO avait demandé l’autorisation à la Commune en 2010 et Yves REVILLON en personne avait donné son accord tout en demandant l’élaboration d’une convention d’objectifs avec l’Association.

–          Plusieurs services de la Ville ont besoin d’être réunis dans des locaux aux normes alors qu’actuellement ils sont dans des locaux inadaptés et éparpillés : EXTRAORDINAIRE… le bâtiment n’est pas suffisamment aux normes pour y maintenir des cours mais il l’est pour accueillir des services municipaux accueillant du public…

Bref, là encore, par cette décision, Yves REVILLON montre le peu d’importance qu’il accorde au tissu associatif de la ville et donc, au bien-être des habitants. Sans compter l’irrespect total pour les salariés et auditeurs ayant mis des mois à monter un projet extrêmement bien construit et cohérent.

Ecrire un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.