HAUT

Une délibération révélatrice…

Bien souvent, nous nous représentons notre ville aux travers de ses commerces, de son ambiance, des personnes qui y vivent ou encore de sa localisation. Mais trop rarement, nous nous posons la question du fonctionnement politique de celle-ci.

Je ne parle pas ici de la politique dite «politicienne» qui donne trop souvent une mauvaise image de l’autre politique, celle qui désigne tout ce qui a rapport aux affaires publiques, au gouvernement de la commune. 

Bien sûr, nous savons que le maire est à sa tête. Mais trop souvent, l’élection municipale est le seul moment pendant lequel les habitants d’une ville se penchent sur la gestion de la ville. 

Un moment important, bien trop souvent délaissé, est le conseil municipal. C’est lors de ces réunions des membres du conseil composées des élus que les grandes et petites décisions pour la ville sont prises et que l’opposition peut faire entendre officiellement sa voie. 

Bien souvent, c’est un révélateur de la façon dont la ville est gérée. 

C’est pourquoi, je vous propose de regarder cette délibération qui a eu lieu le 9 juillet 2012 lors du dernier conseil municipal de Bois-Colombes avant les vacances d’été. 

Dans le cadre de la ZAC PLM, une délibération concerne l’acquisition par la mairie auprès de l’Office Public Départemental de l’Habitat des Hauts de Seine (OPDH92) et la revente immédiate à Bouygues immobilier. Cette délibération a été l’occasion de lever deux problèmes :

  • Pourquoi détruire une barre de 116 logements qui pourraient être réhabilitée ? 
  • Pourquoi la ville met en jeu les deniers de la ville et donc des bois-colombiens pour « fluidifier » les négociations entre l’OPDH92 et Bouygues immobilier ?

Dans le débat, ce deuxième point est particulièrement intéressant (vous le trouverez à 10 min 48 s) et montre comment l’opposition apporte la preuve des dangers que font courrir le maire et ses adjoints à la commune. Suite après la vidéo


Bois-Colombes facile les échanges avec Bouygues… par changeons-d-ere

Comme vous pouvez le voir, la municipalité actuelle n’avait aucun problème à « fluidifier » les négociations entre Bouygues et l’OPDH92, si ceux-ci ne trouvaient pas d’accord entre eux. Autrement dit, Bouygues devait racheter à l’OPDH92 de la surface afin de remplacer une barre HLM par des immeubles d’habitations, or s’ils ne s’entendaient pas sur le prix de vente, la ville se proposait ni plus ni moins que de payer la différence… Comme ça ! Cadeau… On pouvait alors s’attendre à ce que les deux protagonistes s’entendent pour ne pas être d’accord…

Heureusement, les compétences et l’attention que porte l’opposition sur le sujet ont permis d’éviter ce piège face à une majorité de conseillers municipaux atones qui, pour la plupart, ne font que suivre les recommandations du maire qui lui-même dit ne pas avoir lu la dernière version du document… Est-ce bien raisonnable ?

Or à Bois-Colombes particulièrement, le travail de l’opposition est difficile, les élus ne recoivent les documents nécessaires au conseil municipaux qu’à la date limite autorisée par la loi, soit 3 jours avant, ils ne siégent pas dans certaines commissions où il serait normal qu’ils y soient (commission d’attribution des créches par exemple) et ne peuvent à 4, reprendre l’intégralité des dossiers.

Mais malgré cela, leurs interventions qui est loin d’être des interventions systèmatiques contre toutes propositions de la mairie (un visionnage de la vidéo du conseil complet le montre bien), permettent bien souvent de révéler les erreurs de gestions ou idéologiques de la majorité qui la plupart du temps ne tient pas compte des interventions de Changeons d’èRe.

À suivre…

Ecrire un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.