HAUT

Sur les caméras…

Pour notre sécurité, la Municipalité a décidé de recourir à l’installation de caméras video dans nos rues et places.
Derrière l’appât de la sécurité se cache, bien souvent, l’hameçon de la perte de liberté.
La sécurité est le premier ennemi de la liberté.
Le paradoxe non seulement n’est pas compris, mais au contraire, on proclame que la revendication  » libre par ce qu’en sécurité » doit-être satisfaite immédiatement. Or, la sécurité pour soi, limite nécessairement la liberté de l’autre.
Les responsables politiques doivent gérer l’incohérence de la demande de sureté : L’Etat doit respecter et promouvoir la liberté et en même temps instaurer une surveillance policière pour protéger ma liberté.
Ce mythe d’une sécurité individuelle pour tous repose sur un fantasme collectif générateur d’insécurité.
La peur engendre le sentiment d’insécurité qui lui-même engendre la peur.
Ce qu’il est urgent de faire ce n’est pas de mettre des caméras au coin des rues, mais de créer les conditions de rencontres entre les personnes pour un mieux vivre ensemble, et non créer les conditions d’un enfermement individuel pour des protections superfétatoires
et illusoires.
Utiliser les postes de contrôleurs qui vont être créés pour surveiller les écrans des cameras, pour renforcer et ouvrir vers la population la police municipale serait, en ce sens, un meilleur choix.

Louis FICHET

Ecrire un commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé.

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.